Actus de votre mutuelle
Actus de votre mutuelle
Le 21 avril 2023 - par Le Ralliement

Le Nutriscore ... et plus encore

Il n’est pas toujours simple de faire les bons choix quand on fait les courses. 

Entre la volonté de bien manger au quotidien, de trouver des produits de qualité, tout en tenant compte des goûts de chacun, de la flambée des prix et des allégations toutes plus séduisantes les unes que les autres, il n’est pas facile de se faire une vraie idée sur le contenu idéal de notre panier. 

Il est bien tentant actuellement de se tourner vers les produits promotionnels pour alléger le budget alimentaire. En même temps, on entend partout qu’il est préférable de se tourner vers le BIO. Certains d’entre nous préfèrent s’en remettre aux marques auxquelles ils font confiance. D’autres se fient au Nutri-Score.  

A quoi devons-nous prêter attention sur les emballages ? 

Afin de vous aider dans vos choix, voici quelques pistes qui vous apporteront des éclairages et vous serviront de guide. 

nutriscore

Rappel sur le Nutri-Score :

C’est le logo aux 5 couleurs apparu il y a quelques années sur de nombreux produits du quotidien pour nous aider à comparer les aliments, avec une note allant de A à E (du plus favorable au moins favorable). Il a été créé pour aiguiller les consommateurs sur les valeurs nutritionnelles, afin de permettre une comparaison très rapide entre 2 produits de même catégorie. 

Ainsi, il tient compte des teneurs en protéines, fibres, fruits, légumes, sel, sucre, matières grasses (dont les graisses saturées) et en calories. Il reprend de façon très synthétique le tableau nutritionnel obligatoire (petit encadré que l’on retrouve couramment au dos des produits-préemballés). 

Le Nutri-Score, quant à lui, est apposé sur le devant de l’emballage pour les industriels qui en font la demande. Il est totalement gratuit, mais jusqu’à présent, il n’est pas obligatoire. Il permet une première lecture rapide qui donne une note globale de l’aliment, mais la note attribuée ne permettra pas de savoir si l’aliment est par exemple trop salé. 

Le tableau nutritionnel :

Il offre une vision plus détaillée des valeurs nutritionnelles, mais il demande plus de temps de lecture. Ainsi, nous pourrons repérer la teneur en  gras, sel  ou sucre  d’un aliment, ou s’il offre suffisamment de protéines ou de fibres. 

Pour rappel, un aliment est considéré source de protéines à partir de 12 g pour 100 g d’aliment, et riche en protéines, à partir de 20 g pour 100 g d’aliment. Ce repère est important pour le choix d’un plat principal. 

De même, pour essayer de manger plus de fibres, on retient qu’un aliment source de fibres doit en contenir au moins 3 g /100 g d’aliment. À partir de 6 g, on considère qu’il est riche en fibres. Le tableau récapitulatif à la fin de cet article permet de mieux se repérer et d’adapter nos choix (source document : Eufic.org) Le Nutri-Score et le tableau nutritionnel nous permettent donc d’avoir une bonne idée de la qualité nutritionnelle. 

Mais est-ce suffisant ? 

Allons plus loin et regardons plus en détail… Sur chaque emballage, nous pouvons retrouver la liste des ingrédients. Elle est obligatoire sur chaque produit emballé. Les ingrédients y sont toujours indiqués du plus présent au moins présent (l’ingrédient principal est donc en haut de la liste).

Sur quels éléments doit se porter notre regard ? 

  • Vérifions tout d’abord le nombre d’ingrédients et choisissons les produits aux listes les plus courtes. Au-delà de 5 à 6 ingrédients, il s’agit d’une recette plus complexe, et même si ce n’est pas toujours le cas, c’est souvent un marqueur d’ultra transformation. 
  • Regardons ensuite les ingrédients de début de liste. Il doit s’agir d’ingrédients nobles. Pour un biscuit, la farine doit arriver en 1ère place. De même, une sauce ne contient a priori pas d’eau. 
  • Assurons-nous de bien comprendre tous les termes… Il doit normalement s’agir d’ingrédients très simples que nous avons dans nos placards. Si ce n’est pas le cas, alors le produit relève plus d‘un assemblage d’ingrédients issus de la chimie. 
  • Repérons le nombre d’additifs : au-delà de 2, nous sommes en présence d’un aliment ultra transformé. 

 

Enfin, sachez aussi que les allergènes sont indiqués en gras, et sont ainsi très facilement repérables. Ainsi, tous ces éléments nous permettent d’aller plus loin dans la lecture des étiquettes. 

C’est peut-être d’abord par la liste des ingrédients que nous devons faire une 1ère sélection, avant même de regarder les valeurs nutritionnelles. 

Cette façon de procéder nous permet dans le choix des produits du quotidien d’éviter les aliments de moins bonne qualité. Ensuite, la 2ème lecture (à l’aide du tableau nutritionnel ou du Nutri-Score) permet de sélectionner les produits nutritionnellement intéressants.  

D’autres choix peuvent être pertinents : 

  • Le Bio : plus particulièrement pour les fruits et légumes, les légumineuses et les céréales 
  • Bleu Blanc Cœur :  pour une offre de produits d’origine animale plus riches en oméga 3  
  • Le Label Rouge, les produits fermiers et du terroir, les AOP et IGP :  pour une meilleure qualité gustative. 

En conclusion, ce qui est important :

  • Au quotidien : choisissez des produits simples, les plus bruts possibles, avec peu de sucres, de sel et de graisses saturées. 
  • Chaque semaine : laissez-vous tenter par quelques produits plaisir. Ils seront sans doute plus riches en apports énergétiques, mais le plaisir fait aussi partie de l’équilibre alimentaire ! 
  • Plus occasionnellement : vous pouvez reporter de temps en temps votre choix sur des aliments ultra transformés sans culpabiliser (puisque cela reste occasionnel).
  • Et chaque fois que vous pouvez : optez pour des produits du terroir ou avec des labels porteurs de belles valeurs 😊. 

Des études épidémiologiques ont démontré que les personnes qui lisent les étiquettes font globalement plus attention à leur alimentation, et bénéficient d’une meilleure santé. 

Si vous vous y intéressez, c’est déjà un comportement d’éveil très encourageant, qui vous permet d’avoir un regard plus attentif, mais aussi plus serein, car il n’est pas nécessaire de se détourner à tout prix de certains produits... L’idée est plus d’aller vers un comportement ouvert, utile, et qui s’inscrit dans une démarche de mieux manger pour être acteur de votre santé. 

étiquetage nutritionnel
  • Partagez cette page sur  

LE MOIS SANS ALCOOL

cry January

La prévention des risques professionnels : obligation et opportunité

duerp