Actus de votre mutuelle
Actus de votre mutuelle
Le 15 septembre 2022 - par Le Ralliement

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) : Comprendre pour prévenir.

Les troubles musculosquelettiques, ou TMS, sont des pathologies affectant les tissus mous tels que les muscles, les tendons, les nerfs, les ligaments et les vaisseaux sanguins. Une quinzaine de maladies professionnelles est aujourd’hui reconnue comme TMS en faisant, dès lors, la première maladie professionnelle reconnue en France.  

 

Cet article est rédigé par la Coordinatrice du Pôle Santé, Sécurité et Ergonomie des Compagnons du Devoir et du Tour de France.

Les parties du corps touchées par les TMS

Les TMS se caractérisent par une gêne, une raideur voire une douleur dans les mouvements, par une perte de force, de souplesse et de précision ou encore par des engourdissements ou des picotements. Parmi eux, on peut citer le canal carpien, l’hernie discale ou la tendinite de l’épaule par exemple.  

Les différentes causes d’apparition des TMS : 

  • Les facteurs individuels : L’âge, le sexe, le terrain familial… 
  • Les facteurs organisationnels et psychosociaux : Le manque d’autonomie, la pression professionnelle, le manque de soutien et de reconnaissance de la hiérarchie, le manque de sens… 
  • Les facteurs environnementaux : La température, les nuisances sonores, les vibrations… 
  • Les facteurs biomécaniques : Les positions articulaires extrêmes, les efforts excessifs, les gestes répétés, la position statique… 

L'impact des TMS dans le monde du travail : 

Les TMS entrainent, pour les salariés, des conséquences connues comme la fatigue, la gêne, des douleurs plus ou moins importantes, des difficultés à réaliser son travail, des arrêts de travail et des handicaps.  

Du côté entreprise, on a tendance à minimiser les effets des TMS sur l’organisation, l’image ou la dimension financière de la structure. Pourtant, pallier l’absence d’un salarié, l’indemniser, aménager son poste de travail, gérer son remplacement et les impacts sur la production entrainement des conséquences couteuses et impactantes pour l’entreprise. L’article L. 4121-1 du Code du travail quant à lui, impose à l’employeur de prendre toutes les mesures nécessaires afin d’assurer la sécurité et de protéger ses salariés. Celui-ci a ainsi tout intérêt à mettre en place une démarche de prévention au sein de son organisation.  

Il n’existe pas de solution unique aux TMS mais de nombreuses actions peuvent être mises en place afin de pallier ces désagréments et de réduire les risques. Elles peuvent être techniques comme l’aménagement du poste et de l’espace de travail, la mise à disposition d’équipements de protection individuelles limitant les impacts pour le corps ou le choix de machines moins vibrantes par exemple. Elles peuvent être organisationnelles grâce à une diversification des tâches, un aménagement des pauses, une diminution des facteurs de stress, une clarification des objectifs ou une anticipation des aléas de production. Les actions de sensibilisation et de formations permettent également de réduire le risque par la prévention.  

Pourtant, si une responsabilité incombe à l’employeur, chacun peut être acteur de sa prévention. Dès les premiers symptômes, vous pouvez en parler à votre supérieur hiérarchique, à vos représentants du personnel comme le CSE (Comité social et économique) ou le CSSCT (Commission santé, sécurité et conditions de travail), aux chargés de prévention ou à un professionnel de santé tel que votre médecin traitant afin d’être redirigé vers votre médecin du travail.  

Sources : https://www.inrs.fr/risques/tms-troubles-musculosquelettiques/prevention.html
  • Partagez cette page sur  

Journée Mondiale du Diabète

Diabète

Octobre Rose : Prévenir par notre alimentation

facteurs de risques cancers