Actus de votre mutuelle
Actus de votre mutuelle
Le 29 juillet 2022 - par Le Ralliement

Le secteur du BTP face aux fortes chaleurs

Depuis plusieurs années, nous constatons une augmentation du nombre de vagues de chaleurs et de leur intensité en métropole, conséquence directe du changement climatique. Le phénomène risque de s’intensifier dans un horizon proche (2021-2050) pouvant survenir dès le mois de mai jusqu’au mois d’octobre. 

La chaleur a des conséquences directes sur la santé et plus spécifiquement pour les personnes vulnérables ou particulièrement exposés. Le risque accru de canicules entrainera nécessairement une augmentation des pathologies liées au phénomène, voir des décès prématurés. 

BTP

Le dispositif ORSEC : 

Afin de protéger les populations, le gouvernement a mis en place une disposition spécifique ORSEC1 permettant la mobilisation de l’ensemble des acteurs territoriaux (publics, privés ou associatifs) par le biais d’actions coordonnées. Chaque acteur a un rôle spécifique à jouer en fonction de l’intensité, de la dangerosité et donc des conséquences du phénomène afin de protéger les populations. On retrouve notamment les actions de prévention permettant la diffusion des recommandations, l’accès facilité aux piscines et lieux de baignades avec un aménagement des horaires, la mise en place de moyens collectifs de rafraîchissement dans les villes, les transports en communs ou les établissements recevant du public. Les acteurs s’assurent que l’aménagement du temps de travail soit respecté ou encore que la production des usines d’eaux soit maintenue. 

On retrouve dans les personnes les plus vulnérables les personnes fragiles comme les personnes âgées ou surexposés comme les sans-abris ou les travailleurs exposés à la chaleur à l’extérieur par exemple. 

 

Les droits des salariés face aux fortes chaleurs : 

 

Concernant la protection des travailleurs, il revient à l’employeur, sous couvert de son obligation de sécurité, d’évaluer quotidiennement les risques encourus par les salariés en fonction de la température et de son évolution durant la journée, de la nature des travaux et de l’âge et de l’état de santé des travailleurs. En fonction de cette évaluation, il convient de prendre des mesures adéquates comme l’aménagement de la charge de travail et des horaires et, plus globalement de l’organisation qui doit permettre de garantir la santé et la sécurité des travailleurs. Il est parfois nécessaire de suspendre l’activité complétement comme c’est le cas pour des travaux réalisés lors de fortes chaleurs et nécessitant le port de charges importantes comme pour les travaux d’isolation en toiture ou de couverture.  

De manière générale, il convient de mettre à disposition des salariés de l’eau potable et fraîche et de procéder au contrôle du bon renouvellement de l’air dans les locaux fermés. Certaines dispositions sont spécifiques au secteur du BTP comme s’assurer que le port des protections individuelles et les équipements de protection des engins soient compatibles avec les fortes chaleurs, mettre à disposition des travailleurs au moins 3 litres d’eau par personne et par jour ou prévoir des aides mécaniques à la manutention. Toutes les mesures doivent être retranscrites dans le document unique d’évaluation des risques. 

La Direction générale du travail a précisé, le 31 mai 2022, qu’elle effectuerait des contrôles d’entreprises ciblés sur les secteurs d’activités les plus concernés par la canicule en particulier le BTP. 

 

Les conseils du PSSE : 

Outre les mesures prises par votre employeur, privilégiez des vêtements clairs et légers, restez chez vous si possible entre 12h et 16h, buvez entre 3 et 4litres d’eau contre 1,5litres en temps normal, évitez les activités sportives, consommez des aliments riches en eau comme les fruits et les légumes 

Sources : Edition Tissot - https://www.editions-tissot.fr/actualite/droit-du-travail/fortes-chaleurs-quelles-sont-vos-obligations-dans-le-btp
  • Partagez cette page sur  

Journée Mondiale du Diabète

Diabète

Octobre Rose : Prévenir par notre alimentation

facteurs de risques cancers